Handy up ! : les 3e de Vauban créent leur mini-entreprise 

Des élèves de 3e Segpa et section internationale du collège Vauban ont créé leur mini-entreprise. Baptisée Handy up !, elle commercialise des housses de tablettes en jean recyclé. En quinze jours à peine, ils en ont déjà vendu une soixantaine.

Les élèves ont présenté leurs housses de tablette ce jeudi. Elles ont été réalisées à partir de vieux jeans usagés. Photo ER /Michael DESPREZ

Collégiens et entrepreneurs, seize élèves du collège Vauban ont revêtu la double casquette. Issus des classes de 3e Segpa, section vente-distribution-logistique, et 3e SIA (section internationale américaine), ils ont créé une mini-entreprise, baptisée « Handy up ! », dans le cadre d’un concours proposé par Entreprendre pour apprendre. 

« C’est un projet que nous avions lancé l’année dernière, mais que nous avons dû mettre sur pause en raison de la crise sanitaire au printemps », explique Véronique Elachmawi, professeure d’arts plastiques, qui a piloté le projet avec sa collègue de gestion-vente, Fatima El Hamine.

Handy up ! commercialise des housses d’iPad en jean recyclé. Une évidence pour les élèves. Car au collège Vauban – « dernier établissement connecté de France », comme le rappelle Philippe Tissot, le principal -, 900 tablettes sont en circulation. Un gros marché à conquérir. 

Depuis quinze jours, la commercialisation a d’ailleurs débuté (20 €). Et la housse, plutôt pratique avec son scratch et sa poche pour ranger écouteurs et portable, a déjà séduit une soixantaine de clients, notamment grâce à une opération « Black friday au collège » : un kit de customisation offert aux premiers clients.

Démarche écoresponsable et sociale 

« Voir que les gens aiment ce qu’on a créé, c’est incroyable. C’est vraiment une super expérience. Je suis fière de nous et du travail qu’on a accompli. », s’enthousiasme Radoua, élève en 3e SIA, ce jeudi lors d’une présentation de leur projet

Et c’est vrai qu’ils en ont abattu du travail. De la création de l’entreprise jusqu’à la commercialisation, en passant par le prototypage, la communication, la comptabilité, ils ont dû tout gérer.

Mais au-delà de l’idée de commerce, les élèves ont voulu y ajouter une touche vertueuse, écoresponsable et sociale. Une collecte de vieux jeans usagés a été organisée au collège pour récupérer la matière première. Et la fabrication a été confiée aux ateliers d’insertion de l’association belfortaine Inser’Vêt. 

Lancée sur de bons rails, la « belle aventure » est encore loin d’être finie. En mai prochain, les élèves du Vauban devront aller défendre leur projet à Dole face aux autres mini-entreprises de l’académie. Et pourquoi pas porter Handy up ! jusqu’au niveau national.

Par Aurélien BRETON – Est Républicain – 17 12 20

Author: Michaël PAOLI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *