On ne peut pas revenir à un monde sans portable

Au collège Vauban, la question de l’usage des nouvelles technologies est traitée de façon particulière. Pouvez-vous expliquer votre démarche ?

« Grâce au plan numérique lancé en 2015, nous avons progressivement équipé tous nos élèves de tablettes. Ils les ont avec eux au collège et peuvent les ramener chez eux le soir. Les usages qui en sont faits en classe sont très variés. Chaque jour ou presque, les enseignants découvrent de nouvelles applications pédagogiques à utiliser. Les tablettes permettent de faire des recherches sur internet, des vidéos, des corrections audio… Je pense qu’on enseigne mieux avec une tablette que sans.

En ce qui concerne les téléphones portables, nous les interdisons, sauf dans la cour de récréation, mais cela ne pose pas de problèmes particuliers. J’observais plus de problèmes de mauvais usages des téléphones portables avant l’arrivée des tablettes. Aujourd’hui, les élèves ont tendance à privilégier la tablette. »

En quoi cette alternative permet-elle de lutter contre les mauvais usages des nouvelles technologies ?

« Les tablettes sont présentées et utilisées en tant qu’outils pédagogiques et leur usage est très régulé. Les élèves n’ont par exemple aucun accès aux réseaux sociaux, un accès restreint au bouquet d’applications et un accès filtré à YouTube. Nous avons aussi un regard sur leurs historiques de navigation.

Nous partons du principe qu’on ne peut pas revenir à un monde sans ces nouvelles technologies, qui sont des outils intéressants. Par contre, il est important d’en réguler l’usage. Je pense que la technologie a évolué plus vite que la réglementation, aussi bien au niveau de l’État qu’au sein des familles. »

Qu’est-ce qui permettrait de mieux réguler ces usages à long terme ?

« Je pense qu’il est important de former les parents pour qu’ils fassent un contrôle plus strict de l’accès à internet des jeunes mineurs. Depuis l’an passé, nous avons mis en place un partenariat avec la maison de quartier des Glacis. On a organisé une conférence et des ateliers pratiques pour que les parents apprennent à paramétrer les téléphones de leurs enfants, afin qu’ils n’aillent pas sur n’importe quel site.

Je pense aussi qu’il faut réguler les zones d’usage du téléphone. Pendant l’adolescence, les jeunes ont tendance à entretenir des relations très fortes avec leurs camarades, il y a un effet tribu, entretenu par la communication via les téléphones portables. Quand ils sont dans leur famille, il faut que cette relation soit régulée. Un portable n’a par exemple rien à faire dans la chambre après 19 h.

Il faut aussi aider les jeunes à adopter un esprit critique par rapport à toutes les sources d’information auxquelles ils sont confrontés. C’est un enjeu citoyen. »

Est Républicain – 08 01 18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *