La poignante rencontre avec une mère courage

Latifa, maman de l’une des victimes du terrorisme à Toulouse en 2012, a transmis plein de volonté et d’espoir ce mardi au collège Vauban. Son témoignage vient renforcer ici tout un travail pédagogique sur la République.

À force de retenir leur émotion, ils ont fini par l’exprimer. En enlaçant d’une façon naturelle et sincère celle qui venait de leur parler avec son cœur pendant deux heures. De sa vie et en même temps de la nôtre.

« C’est une battante », veut retenir Gaby, les yeux rougis au sortir de cette rencontre pour le moins marquante. Dina, Lucie, Ella, Hilal et bien d’autres sont dans le même état. Les élèves des six classes de quatrième du collège Vauban ont vécu ce même moment de partage avec Latifa Ibn Ziaten. Elle est la maman d’Imad, première des sept victimes du terroriste Mohamed Merah en mars 2012 à Toulouse.

Sa présence et son témoignage au collège des Glacis de Belfort a d’autant plus de poids et de sens que le principal, Jean-Jacques Fito, porte depuis plusieurs années un effort pédagogique constant sur la place de la République. « C’est la première fois dans ma carrière que je constate une telle dynamique collective autour des valeurs républicaines », exprime fièrement le responsable de l’établissement. Le projet vise à faire comprendre ce que signifie la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité. Pendant quatre ans, ces valeurs ont été étudiées à travers l’ensemble des activités du collège. Ce cycle s’achève cette année. « On va repartir dans un nouveau », annonce d’ores et déjà M.Fito, Enseignants et collégiens y développeront la notion de République sans frontière, « pour ouvrir et enrichir notre regard au monde. C’est essentiel. L’école est la matrice de la société ».

« C’EST VRAIMENT LA FRANCE ICI ! »

Hier, c’était la deuxième fois que Belfort accueillait Mme Ibn Ziaten. En avril 2015, elle s’était rendue au tribunal, à la maison d’arrêt, au centre socioculturel de Belfort-Nord avant d’être reçue à la mairie. Là, le rendez-vous était calé « depuis dix mois », à l’initiative de Claude Joly, conseillère municipale déléguée aux droits des femmes. Elle se dit « très sensibilisée par le sujet » et se réjouit de la mise en lumière de l’esprit rassembleur auquel travaille “le Vauban” : « C’est vraiment la France ici ! », ressent l’élue. Après deux heures d’échange, Mme Ibn Ziaten a confirmé : « J’en ai fait des écoles, c’est la première fois que je vois un établissement aussi lumineux et agréable. Et quand on a un collège comme celui-là, il faut travailler. Les professeurs sont là pour vous aider ». De même, prône le principal, « chacun peut trouver chez l’autre une aide individuelle, associative ou d’État ».

Philippe BROUILLARD / Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *